Accueil/Home
Accueil/Home - Mes machines - Tous les articles - Dernières entrées - Revues - Trucs & astuces l'OI - Publicités - Nouveautés - Recherche / Echange

 
     

Elektronika MK 85


L'Elektronika MK 85 est un micro ordinateur produit en Russie à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Tout en lui fait penser aux Casio PB-100 ou même mieux au FX-700P mais ce n'est pas un clone, une machine rebadgée comme peuvent l'être les Tandy Radio Shack PC-4. En effet, sous ses airs Nippons (ni mauvais) se cache une machine originale tant au niveau hard que soft. Extérieurement, elle semble de moins bonne qualité que ses consœurs "soleillevantesques" mais intérieurement c'est le contraire. Si le Basic, son langage de programmation, est identique à celui des machines japonaises, apparemment ce n'est pas une copie bête et méchante de la ROM, mais une réécriture. Tout d'abord elle est capable d'afficher les caractères cyrilliques; elle vient de Russie ne l'oublions pas. Ensuite elle dispose d'instructions qui ne figurent pas sur les Casio comme AUTO qui permet de numéroter automatiquement les lignes ou bien DRAW qui permet de dessiner un pixel sur l'écran. L'écran LCD permet d'afficher 12 caractères sur une fenêtre de 63 et chaque caractère est composé d'une matrice de 7 x 5 pixels. Le contraste (KOHTPACT) peut être ajusté grâce à un potentiomètre situé sur le coin haut droit. La machine est capable d'afficher les majuscules et les minuscules en alphabets latin et cyrilliques. Pour afficher les minuscules latines, il faut appuyer au préalable sur la touche MODE. Pour afficher les caractères cyrilliques il faut passer en mode EXT (touche MODE puis touche point) mais là c'est la touche MODE qui permet d'accéder aux majuscules.

La MK 85 est dépourvue du port d'extension qui permet aux Casio de les relier à l'interface cassette FA-3 ou à l'imprimante FP-12 et de ce fait elle n'a pas les instructions liées à la gestion du magnéto cassette (SAVE, LOAD, VER, PUT, GET, ...) ni mode 7 (PRT ON) et 8 (PRT OFF). Par contre, elle a une prise qui permet de l'alimenter à partir d'un transformateur. A ce propos, j'ai essayé d'alimenter une autre MK 85 endommagée avec le transformateur de mon Elektronika MK 61 et ça fonctionne. Je me demande si ces lacunes et cet ajout ne sont pas directement liés à la situation économique de l'URSS à l'époque et à la rareté des cassettes et autres piles boutons alors que tout le monde avait accès à l'électricité.
Le clavier de 54 touche est à la norme QWERTY pour sa partie alphabétique et la plupart des touches ont plusieurs fonctions accessibles à partir des touches S (Shift) et F (Function) situées à droite de la touche MODE.

Comme presque tous les pockets de l'époque, c'est aussi une calculatrice scientifique qui embarque les fonctions, les modes angulaires habituels mais ici point de fonctions statistiques ni de fonction hyperboliques qui auraient pu la différencier de ses cousines. Mais à la différence des Casio, elle est capable de calculer de 9.9999999 E-4096 jusqu'à 9.9999999 E4094; on est donc loin des habituels 9.9999999 E99. Ceci est sûrement dû au fait que le microprocesseur est un 16 bits.

L'éditeur de programme est identique à celui des Casio. La touche EXE permet de valider une ligne et de passer à la suivante. On se positionne sur une ligne de programme en tapant LIST <n° de ligne>. Les flèches gauche et droite permettent de se déplacer sur une ligne. La touche DEL efface le caractère sur lequel est placé le curseur et l'insertion ne se fait que caractère par caractère. La suppression d'une ligne se fait en tapant son numéro puis en appuyant sur EXE.

De base, elle dispose de 1.221 pas de programmes, de 26 variables nommées de A à Z et de la fameuse variable nommée $ qui permet de stocker jusqu'à 30 caractères et seule variable sur laquelle il est possible d'utiliser l'instruction MID qui permet de sélectionner des portions de chaîne. Les mémoires peuvent être numériques ou alphanumériques; on peut avoir A ou A$ mais pas les deux (s'agissant d'une machine conçue sous l'ère soviétique, et vu le contentieux idéologique avec les USA, ils auraient pu prendre le symbole du Rouble comme identifiant des variables alphanumériques ;-)). Une variable alphanumérique permet de stocker 7 caractères. La mémoire programme peut être affectée à des variables à raison de 8 pas pour une mémoire grâce à l'instruction DEFM. Au maximum on peut avoir 178 variables avec un DEFM 152 (178 = 152 + 26) mais alors il reste 5 pas de programmes ! Comme sur les Casio, les variables forment automatiquement des postes d'un tableau à une dimension. Par exemple si B = 101 alors print A(1) affiche 101. Plus fort C(-1) ou Z(-24) affichent aussi 101. Puissant !

Copie de Casio oblige, la MK 85 dispose des 10 zones de programmes (P0 à P9) qui permettent de loger 10 programmes différents ... qui partageront néanmoins tous les mêmes variables. Un programme se lance avec la commande RUN en mode RUN. On passe en mode programme avec l'habituel MODE 1 (WRT) et on revient en mode RUN avec MODE 0. Il convient de sélectionner une zone avant de pouvoir programmer. L'instruction CLEAR permet de supprimer le programme de la zone courante et CLEAR ALL permet de supprimer tous les programmes. A noter qu'au dos de la machine il y a un petit trou pour le RESET. Les numéros de lignes peuvent aller de 1 à 9999 et comme indiqué précédemment l'instruction AUTO permet de numéroter automatiquement chaque ligne.

Son Basic est plutôt standard, les entrées se font avec INPUT, les sorties avec PRINT et il est possible de les positionner avec l'instruction CSR (KIPKOP = CURSOR), GOTO, GOSUB vers un numéro de ligne (calculé ou pas) ou bien vers une autre zone programme (GOTO #1) voire même vers un numéro de ligne d'une autre zone programme, boucles FOR NEXT STEP, IF THEN mais toujours sans ELSE. La gestion des chaînes de caractères est présente avec LEN, VAL et MID qui ne fonctionne qu'avec la variable $. Elle dispose en outre des fonctions ASCI et CHR qui permettent respectivement de retourner le code ASCII d'un caractère et de retourner le caractère d'un code ASCII. Elle a aussi la fonction KEY qui permet de capturer le code d'une touche du clavier durant l'exécution. Du côté des instructions spécifiques il y a DRAW qui permet d'allumer un pixel à l'écran et DRAWC qui permet de l'éteindre (DRAW 0,0 allume un point en bas à gauche de la première position d'affichage) ou bien encore LETC qui permet de redéfinir le caractère ASCII 96, GETC qui retourne le nième caractère d'une chaîne, AUTO dont j'ai déjà parlé, TEST qui permet de faire un autotest de la machine mais qui efface tout et enfin WHO qui donne des informations sur l'auteur de la ROM.

Petit aparté sur l'instruction LETC. Un caractère est une matrice de 7 lignes x 5 colonnes de pixels. La fonction admet un argument de 7 caractères qui correspond aux 7 lignes. Le premier caractère correspond à la ligne de pixel du haut. La valeur de chaque caractère de l'argument va de 0 à V et correspond à une valeur exprimée avec 0 tous les pixels de la ligne sont éteints. Avec 1 seul le pixel le plus à droite est allumé, avec 2, c'est le second pixel le plus à droite qui l'est, avec 3 ce sont les deux pixels les plus à droite qui le sont et avec V tous sont allumés. Vous l'aurez compris, à chaque valeur correspond une valeur binaire et en fonction de la valeur de chaque bit, le pixel correspondant est allumé ou éteint.

Elektronika MK 85

Parmi les autres différences, citons le mode "turbo" qui s'active en allumant la machine tout en pressant la touche + ou la touche M mais qui se fait au détriment de la consommation électrique tout comme elle n'a pas de AUTO POWER OFF qui éteindrait la machine après un certain temps d'inutilisation.

Du côté de la vitesse, la boucle du programme 10:I=1 20:I=I+1 30:GOTO 10 est exécutée 1.000 fois en 1 minute en mode normal et 5.730 fois en mode "turbo". Sacrée différence ! En mode normal, une boucle FOR NEXT de 1000 itérations est avalée en 24 secondes contre 7 pour le Casio PB-100. En mode "turbo" on passe à 4 secondes ! Donc on a bien un facteur 6 entre les deux modes.

Elektronika MK 85

Lorsqu'un programme est en cours d'exécution un P apparaît.

A noter qu'il existe une version M qui emporte plus de mémoire (6 Ko contre 2) et qu'il est possible de la programmer en langage machine et qu'elle n'est pas dénuée de bogues. Visitez le site pisi.com.pl pour plus d'informations en anglais.

En conclusion, il s'agit d'une machine qui n'est pas banale et assez rare dans nos contrées occidentales. Copie qui n'en est pas réellement une, on peut se demander pourquoi les gens d'Elektronika n'ont pas cherché à faire une machine originale plutôt que de refaire quelque chose de déjà existant. Peut-être que le concepteur de cette machine était de la famille du concepteur du Tupolev 144 aussi connu sous le nom de Concordsky. Dommage qu'elle ne puisse pas être reliée à une imprimante et à un lecteur de K7. Le seul bémol concerne la documentation qui est totalement incompréhensible !!! (C'est du second degré).

En tous cas, j'aime bien et je ne regrette pas cette acquisition.

 

Elektronika MK 85

 

Elektronika MK 85

La machine a été produite en 1991. On peut noter les lettres CCCP (SSSR) qui désignent l'Union Soviétique (URSS).

Elektronika MK 85

 

Elektronika MK 85 

C'est bien la pochette qui était vendue avec la machine !

Elektronika MK 85

 

Elektronika MK 85

 

 

Casio FX-700P Elektronika MK 85

Le Casio FX-700P versus l'Elektronika MK 85.

 
 
Elektronika MK-85
Dimensions : L=16,6 cm, l=7,3 cm, H=1,3 cm
Poids : 150 grammes
Ecran : LCD 12  caractères (matrice 7x5 pixels)
Mémoire : 1221 pas de programmes + 26 mémoires
jusqu'à 5 pas et 178 mémoires.

Autres informations

: 4 piles boutons LR44 1.5 V

 

 

 



 Copyright 2008 - by Badaze
Nombre de visites sur ce site 194507 depuis le 31 décembre 2009
Dernière mise à jour le 2018-04-02 14:48:11
Site optimisé pour Internet Explorer 5.5 et suivants - Résolution 1024x768