Accueil/Home
Accueil/Home - Mes machines - Tous les articles - Dernières entrées - Revues - Trucs & astuces l'OI - Publicités - Nouveautés - Recherche / Echange

 
     

Texas Instruments TI SR 52

 

La Texas Instruments SR 52 est sortie en 1975. C'était le haut de gamme des calculatrices programmables de poche TI, le bas de gamme étant dévolu à la TI SR 56. Elle a été la réponse de TI à la HP 65 présentée en 1974 et coûtait dans les 300 $ (1.350 $ actuels). Je n'ai pas de souvenir personnel à propos de la Texas Instruments SR 52 car à cette époque là j'étais trop jeune pour m'intéresser à la programmation. La première fois que j'en ai entendu parler c'est dans une rubrique de la revue L'Ordinateur de Poche à propos des "anciennes" calculatrices programmables. On peut dire qu'elle n'a pas eu une durée de vie très longue à l'instar de sa petite soeur SR 56 puisqu'à peine deux ans après sa sortie elle était remplacée par les TI 58, TI 58C et TI 59. Néanmoins durant sa courte vie, elle a su se faire un public et a eu droit à des fanzines de haut niveau qui ont découvert et publié pas mal de bidouilles qui rendent cette machine particulièrement intéressante (voir PPC Notes). Il ne faut pas oublier qu'ils n'avaient que le courrier pour communiquer entre eux. Chapeau les gars !

C'est une calculatrice scientifique qui possède les fonctions habituelles. Le mode angulaire Degré ou Radian est sélectionné par le switch qui se situe à gauche sous l'écran. Il faut donc faire très attention si on exécute un programme utilisant les fonctions trigonométriques.

Texas Intruments TI SR 52 

Le langage de programmation est un LMS (Langage Machine Spécialisé). Tout utilisateur d'une TI de cette époque (TI 57/58/59 ou SR 56) saura d'emblée comment la programmer.

Comme sur la TI SR 56, le SR signifie Slide Rule (règle à calculer). La machine dispose de 224 pas de programmes et de 20 mémoires de 00 à 19. TI oblige, on alterne du mode calculatrice au mode programmation en pressant la touche LRN (Learn). Les pas de programmes ne sont pas combinables comme sur la TI 57 (LED) et chaque pression sur une touche autre que [2nd] compte pour un pas. La mémoire 0 sert aussi pour les instructions dsz (boucles contrôlées) et de conversion de coordonnées, il faut donc faire attention lors de son utilisation. L'adressage indirect ainsi que les opérations directes sur les mémoires sont présentes. Ces opérations correspondent aux 4 opérations via les touches (SUM, INV SUM, PROD et INV PROD) et permettent souvent d'économiser quelques pas. Les branchements se font via les commandes GTO et SBR (subroutine - jusqu'à 3 niveaux - qui se terminent par l'instruction rtn) sur des labels (LBL - étiquette en Français) ou sur des pas de programmes comme avec la SR 56.
Dans le premier cas un branchement occupera 2 pas (GTO SIN) et dans le second 4 (GTO 037 par exemple). A noter que les branchements eux aussi peuvent être gérés de manière indirecte. En ce qui me concerne, je préfère largement la programmation vers des labels plutôt que vers des pas de programmes car cette manière de programmer facilite la modification des programmes si on veut ajouter ou supprimer un pas de programme. Les labels peuvent être constitués par le code touche de presque n'importe quelle combinaison de touche. Il est ainsi possible d'avoir LBL INV ou bien LBL LBL et dans ce cas c'est le code numérique de la touche qui est important et non pas sa signification. Les 5 touches de la première rangée (de [ A ] à [ F ]) et leurs fonctions secondes sont des touches de fonctions programmables. Il suffit d'utiliser un label avec ces touches pour que leur pression exécute le code associé au label correspondant.

 Texas Intruments TI SR 52 Texas Intruments TI SR 52 

 

La batterie de tests est assez rudimentaire par rapport à ce qui se fera plus tard. Il y en a deux; [if pos] qui teste si la valeur du registre d'affichage est supérieure ou égale à 0 et [if zro] qui teste si la valeur du registre d'affichage est égal à 0. Si le test est positif alors la machine exécute l'instruction suivante, à savoir un branchement vers un label ou bien vers un pas de programme. Si le test est négatif alors la machine continue l'exécution du programme après le branchement. Ces deux tests peuvent être INVersés et dans ce cas on a [if not pos] et [if not zro]. Néanmoins cela permet de faire pas mal de tests. Par exemple RCL 01 = RCL 02 sera construit comme suit : RCL 01 - RCL 02 = [if zro]. C'est lourd mais on est en 1975 ne l'oublions pas !!!

La SR 52 dispose aussi de 5 flags (drapeaux en Français) numérotés de 0 à 4 qui peuvent être soit levés soit baissés. Ces flags permettent entre autres de sauvegarder l'état d'un test précédent ou bien de tester plus tard si on est passé dans une portion de programme ou pas plus tôt. Les flags sont levés grâce à [st flg] et baissés avec INV [st flg] et ils sont testés avec [if flg] ou avec INV [if flg]. Dans le premier cas on teste que le flag est levé. Dans le second que le flag est baissé et dans les deux cas si le test est positif on se branche sur le label ou le pas de programme qui suit et s'il est négatif on passe directement à l'instruction qui suit le branchement. Enfin elle dispose d'un test spécial [if err] qui se déclenche en cas d'erreur sur l'instruction précédente. Il est ainsi possible de tester une division par 0 par exemple. Ce test fonctionne comme les autres mais son INVerse fait que le branchement n'est exécuté que s'il n'y a pas d'erreur.

La TI SR 52 ne serait pas une programmable sérieuse si elle n'avait pas elle aussi un contrôle de boucle. Cette fonction est assurée par la commande DSZ (Decrement and Skip on Zero) qui travaille avec le registre mémoire 00 (voir plus haut). DSZ décrémente la valeur du registre 00 de 1 et si la valeur résultante est différente de 0 alors le branchement qui suit est exécuté et si elle est égale à 0 alors on passe à l'instruction qui suit le branchement. Son INVerse fonctionne de la même manière sauf que le branchement est exécuté si la valeur résultante est égale à 0.

Si avec les TI postérieures la touche [R/S] (Run / Stop) sert en mode programme à suspendre l'exécution d'un programme et en mode calculatrice à le lancer ou le relancer, la SR 52 possède deux touches. La touche HLT (Halt) qui est utilisée dans un programme pour en stopper l'exécution afin de voir un résultat ou pour permettre la saisie de données et la touche RUN qui permet de lancer un programme ou d'en poursuivre l'exécution après un HLT.... J'allais oublier la commande [rset] qui ramène le pointeur de programme au pas 000 (tout utilisateur de la TI 57 la connaît par cœur).

La facilité ou la difficulté d'entrée d'un programme feront qu'on aimera utiliser une machine ou pas. La SR-52 permet grâce aux touches SST et [bst] de se déplacer dans un programme. SST (Single STep) permet d'avancer de 1 pas en mode programme et [bst] (back step) de reculer de 1 pas. Je regrette un peu que [bst] soit en fonction seconde car cela rend l'édition plus pénible qu'avec les TI 57/58/59 qui ont une touche dédiée. Mais la machine permet de supprimer ou d'insérer un pas de programme et ça c'est très bien. Notons qu'il est possible de se positionner très vite sur un pas de programme particulier en tapant GTO <adresse de destination> en mode calculatrice puis en passant en mode programme.

Je ne l'avais pas dit, mais la SR 52 a une mémoire volatile. Cela signifie que dès qu'elle est éteinte sa mémoire se vide. Si ceci n'est pas très embêtant avec une TI 57 qui a très peu de mémoire cela le devient avec une machine qui se veut professionnelle. En effet personne ne voudrait avoir à retaper un programme de 200 lignes à chaque fois qu'on allume la bête. Pour pallier ce problème, TI a doté la SR 52 d'un lecteur-enregistreur de cartes magnétiques qui fait office de "mémoire de masse" (enfin pour l'époque). Une carte peut contenir les 224 pas de mémoire (112 sur chacun des côtés). La carte peut ensuite être mise dans la glissière qui se situe au-dessus des touches de fonctions pour justement indiquer la fonction de chaque touche dans le contexte. De plus un tel système permet le développement de bibliothèques spécifiques et donc de favoriser les ventes de matériels. Parmi les bibliothèques de programmes, citons les bibliothèques "Mathématiques", "Statistiques", "Finances", "Electricité".

Texas Intruments TI SR 52

La SR 52 peut être connectée à une imprimante PC-100 ou PC-100A (que je ne possède pas). Elle était aussi livrée avec une bibliothèque standard de programmes sur cartes magnétiques. L'image ci-dessous montre la liste des différents programmes.

Texas Instruments TI SR 52

Texas Instruments vendait aussi des bibliothèques spécifiques. Ci-dessous la bibliothèque mathématique.

Texas Instruments TI SR 52 Texas Instruments TI SR 52

 

Côté vitesse, le programme + 1= RST est exécuté 430 fois en 1 minutes (480 avec la TI SR 56 et 300 avec la TI 57), + 1 = GTO 0 l'est 345 fois (340 fois avec la SR 56) et 1 SUM 01 RST 450 fois (550 avec la TI SR 56).

C'est une machine que j'aime bien. Elle est très jolie, puissante et elle a une gestion de la mémoire qui lui est très spécifique. Cette gestion fera sûrement l'objet d'un article. Mais c'est aussi une machine très fragile notamment au niveau des contacts du compartiment batteries qui ont tendance à casser; défaut qui existe aussi sur les TI58/59. Mais aussi au niveau du lecteur de cartes avec le problème de la gummy wheel. Relativisons tout de même. Ce sont des machines qui ont plus de 40 ans. Mais bon. On aimerait qu'elles soient immortelles.

Publicités et autres documents : SR 52 - SR 56 - SR 60 TI SR 52 & SR 56

Notes prises par le précédent propriétaire :

Texas Instruments TI SR 52

Plaques arrières de mes machines : Les deux premières correspondent à des version US, la troisième à la version européenne.

Texas Instruments TI SR

Texas Instruments TI SR 52

Autres photos : Version US

Texas Intruments TI SR 52

 

 

Texas Intruments TI SR 52

 

Texas Intruments TI SR 52

 

Texas Intruments TI SR 52

 

Texas Intruments TI SR 52

Autres photos : Version européenne (française en l'occurrence)

 

Texas Instruments TI SR 52

 

Texas Instruments TI SR 52

 

Texas Instruments TI SR 52

 

Texas Instruments TI SR 52

 

Texas Instruments TI SR 52

 

La SR 52 et sa petite famille :

Texas Instruments SR-52 SR-56 TI 57, 58 et 59

 



 Copyright 2008 - by Badaze
Nombre de visites sur ce site 164846 depuis le 31 décembre 2009
Dernière mise à jour le 2017-07-08 13:32:54
Site optimisé pour Internet Explorer 5.5 et suivants - Résolution 1024x768